l'histoire de la route


Avant d'être route départementale D1075, le route a été Nationale RN75, et auparavant Route Impériale et Route Royale.

Nombreux sont les écrits préparatoires à la réalisation des travaux, tous consultables aux Archives départementales de l’Isère.

 [transcriptions des manuscrits : Chantal Bouclier]

La liaison entre Monestier de Clermont et le col de la Croix Haute est achevée en 1828 … après une longue période de préparation. Dès le milieu du 18e siècle, l'assemblée du Village de Monestier évoque « le rétablissement du chemin qui mène à la Croix Haute ».

 

Cette voie vers la Provence par le Col de la Croix Haute concurrence évidemment la route qui passe par le col Bayard et Gap, plus longue et plus soumise aux aléas climatiques … cet aspect « économique » est largement abordé dans les différents rapports produits par les ingénieurs des Ponts et Chaussées entre 1802 et 1816.

 

Ces documents développent abondamment arguments stratégiques et économiques en faveur d'une nouvelle route, chiffres à l'appui pour les coûts engendrés ... et les réticences des autorités des Hautes-Alpes qui craignent que la route 85 soit délaissée.

 

Tous ces documents, lettres, rapports (et nombreux plans que nous n'avons pas consultés) ont porté leurs fruits : le Roi de France, Charles X promulgue une ordonnance le 11 juin 1828, classant la route n°1 de Grenoble à Marseille comme une nouvelle Route Royale 75 de Grenoble à Sisteron, en continuité de la Route royale 75 de Chalons sur Saône à Grenoble.

D'autres documents évoquent certains points particuliers, telle des lettres au préfet de l'Isère en 1830 au sujet de la construction des ponts de Darne, Casseyre et St Maurice d'une part (lettre n° 1056) et de neuf autres ponts plus modestes (lettre n° 1309)   ... ou des lettres de 1840 au sujet des aménagements demandés par "l'Administration des voitures à 6 roues" ...

**********************************************************************************************

Des ponts sur les torrents

Bien avant la réalisation de la Route Royale 75 dont il est question ci-dessus, la petite route de Grenoble en Provence, devait franchir entre Monestier de Clermont et Clelles, deux obstacles importants, le ruisseau de Grosse Eau qui passe près de St Michel les Portes et le torrent Orbanne venant de Chichilianne.

 

Deux ponts de pierre ont été construits pour que la route soit carrossable :

- le pont de Saint Martin sur l'Orbanne, attribué à Lesdiguières, régulièrement entretenu et reconstruit après son éboulement en 1781, puis abandonné à la construction de la route royale 75 qui franchit l'Orbanne à Darne (on relève sur une pierre du muret du pont de Darne la date de 1836)

- le pont de Saint Michel, construit en 1835 en remplacement d'un pont en bois datant du Consulat, utilisé jusqu'à l'effondrement de la route en 1952.

le pont de DARNE, entre St Martin et Clelles, au pied du viaduc ferroviaire >>>

Pont de Chardon écroulé.jpg
Pont de St Michel photo.jpg
pont de Darne 1836.jpg